La famille d'Elsie Reford

Elsie Reford, née Mary Elsie Stephen Meighen, a grandi à Montréal où son père, Robert Meighen, était président de la compagnie Lake of the Woods Milling, la plus importante entreprise de moulins à farine de l’empire britannique (fabriquant de la farine « Five Roses » entre autres). Ayant tout jeune émigré de l’Irlande, Robert Meighen vécut d’abord dans l’est de l’Ontario où il fut associé avec son frère dans le domaine des marchandises sèches. Il s’établit ensuite à Montréal où, en plus de faire fortune, il fut l’un des éminents impérialistes de la ville et un pilier de la communauté des affaires. Entre autres, il tissa des liens politiques et économiques avec la Grande-Bretagne. Quant à la mère d’Elsie Reford, qui avait pour nom Elsie Stephen, elle était la plus jeune sœur de George Stephen, un baron du chemin de fer ayant fait fortune au Minnesota et au Manitoba dans les années 1870, avec son cousin Donald Smith (Lord Strathcona) et J.J. Hill Stephen fonda le Canadian Pacific Railway en 1881 et fut président du consortium ayant construit le chemin de fer transcontinental reliant Montréal à Vancouver, lequel fut complété en 1885.

George Stephen vivait à Montréal, mais chaque été il prenait congé de la ville durant plusieurs semaines pour aller pêcher le saumon dans les rivières de l’Est du Québec. Au cours des années 1870, il loua la rivière Métis. En 1886, il acheta une propriété avec vue sur ce magnifique cours d’eau. Un an plus tard, il y fit construire le Estevan Lodge, un bâtiment suffisamment grand pour tenir ses réceptions de pêche. En 1891, Stephen fut le premier Canadien à être nommé baron par la reine Victoria et il adopta alors le titre de Lord Mount Stephen. Il déménagea ensuite en Angleterre pour siéger à la Chambre des Lords à Londres, où il jouera un rôle influent. Dorénavant, il passera peu de temps au Canada et louera le Estevan Lodge à ses amis qui poursuivront la tradition des expéditions annuelles de pêche dans la rivière Métis.

Elsie Reford était une adepte du Estevan qu’elle visitait chaque année, au mois d’août. En 1918, George Stephen lui fit don de la propriété. Elsie était d’ailleurs probablement la seule de ses nièces et neveux ayant suffisamment les moyens financiers d’entretenir la propriété et la rivière. Elle avait hérité du tiers de la fortune de son père et elle était mariée à Robert Wilson Reford, commerçant maritime et grand connaisseur d’art. Robert Wilson possédait l’une des plus impressionnantes collections d’œuvres d’art au Canada. Également passionné de photographie, il a pris des centaines de clichés des jardins de sa femme.